Tout d'abord, qu'est-ce qu'une libellule?                                        accès rapide: différentes parties de l'imago           Accueil


 Une vie cyclique

Les libellules (ou odonates)  appartiennent au grand groupe des arthropodes (invertébrés à pattes articulées), et comme tous les arthropodes, elles ont un
squelette externe. Contrairement à nous autres, vertébrés qui possédons un squelette interne dont la croissance est progressive, elles ont en effet une enveloppe
rigide et non extensible, dont elles doivent se débarrasser pour grandir: leur croissance est ainsi assurée grâce à une succession de mues.


cycle de l'agrion jouvencelle
Leur vie larvaire a lieu dans l'eau, et peut durer plusieurs années chez certaines espèces. Puis, c'est l'émergence:  la larve sort de l'eau et se métamorphose,
laissant derrière elle son exuvie (sa dernière enveloppe larvaire). Ce passage délicat d'une vie aquatique à une vie aérienne  prend souvent plusieurs heures au
bout desquelles l'imago (libellule pendant sa phase de vie aérienne) prend son envol. La libellule peut alors demeurer à proximité de son lieu d'émergence ou
partir ailleurs
, mais, après une durée plus ou moins longue, une fois devenue adulte (prête pour se reproduire), elle se rendra toujours à proximité d'un point
d'eau pour s'accoupler et pondre. La phase aérienne de sa vie aura donc permis sa reproduction. C'est aussi la phase qui permet la dispersion des populations et
la colonisation de nouveaux lieux propices à la reproduction, parfois très éloignés du lieu de naissance. L'éclosion ultérieure de nouvelles larves permettra de
boucler le cycle...
                                                                                                                       Quelques exemples d'émergences:   émergence d'un agrion jouvencelle
                                                                                                                                                                                  émergence d'un orthétrum réticulé
                                                                                                                                                                                  émergence d'une aeschne bleue


Un physique de chasseur

              Exclusivement carnivore, la libellule est un redoutable prédateur.
              petite nymphe à corps de feu et éphémère en facheuse posture..

Deux gros yeux composés de milliers d'ommatidies à faces hexagonales lui permettent un repérage extrêmement efficace des proies, qu'elle rejoint d'un vol
précis grâce à ses deux paires d'ailes.
La libellule est un insecte: comme tous les insectes, elle possède trois paires de pattes, celles-ci sont munies de longues épines acérées qui l'aident à retenir
ses futures victimes.
des pattes aux épines acérées pour ce caloptéryx vierge  caloptéryx vierge : dégustation d'insecte  caloptéryx vierge : de redoutables pièces buccales
Les proies, insectes principalement, mais aussi crustacés lors de la phase aquatique et même têtards ou alevins capturés par les plus grosses larves, sont
dégustées grâce à de fortes mandibules. Les larves disposent quant à elles d'un masque préhensile qui se déplie et peut capturer de façon foudroyante toute
petite bête passant imprudemment à proximité.
                                                                                                                                                

Une reproduction originale

 Le mâle transfère tout d'abord ses spermatozoïdes depuis l'extrémité de son abdomen jusqu'à un réservoir situé sous son deuxième segment abdominal, au
niveau des pièces copulatrices. C'est là que la femelle va venir mettre ses organes génitaux lors de l'accouplement, formant alors avec le mâle un coeur
copulatoire, caractéristique des odonates. Puis c'est le moment de la ponte, la femelle peut alors être seule ou en tandem avec le mâle, les oeufs
peuvent être insérés dans des végétaux grâce à un ovipositeur (chez les zygoptères et les aeschnidés), être posés sur ceux-ci,
ou bien être simplement lâchés dans, au-dessus ou à proximité de l'eau.

pièces copulatrices du mâle (ici gomphe vulgaire) coeur copulatoire chez sympétrum rouge sang ovipositeur de la femelle (ici aeschne mixte)

Quelques illustrations de la grande diversité des méthodes de ponte chez les libellules:

                                          chez les zygoptères (ponte avec ovipositeur)  :   agrion nain                        femelle seule
                                                                                                                       caloptéryx vierge               femelle sous la surveillance du mâle
                                                                                                                       leste vert                            en tandem, dans écorce d'arbre
                                                                                                                       leste sauvage                    en tandem, sur les tiges des végétaux de la rive
                                                                                                                       agrion de Vander Linden   en tandem, sur la végétation affleurante


                                         chez les anisoptères  :    aeschne mixte                   femelle seule, avec ovipositeur
                                                                                 cordulégastre annelé        femelle seule, lame vulvaire insérant ses oeufs dans le sable d'une rivière
                                                                                 libellule déprimée              femelle seule, oeufs lâchés dans l'eau
                                                                                 sympétrum rouge sang     en tandem, oeufs lâchés au-dessus d'une zone humide




Les différentes parties du corps de l'imago


morphologie d'un anisoptère, ici libellule déprimée  morphologie d'un zygoptère, ici agrion jouvencelle


Les libellules, lors de leur phase aérienne, comportent toutes :

     - une tête avec deux gros yeux composés, trois ocelles (organes sensibles à la lumière)  et une paire d'antennes.
      anisoptère (libellule à quatre taches): tête zygoptère (ici agrion orangé): tête
 
      On peut constater sur les photos ci-dessous la grande mobilité de la tête par rapport au reste du corps chez cet agrion joli quelque peu acrobate!
      grande mobilité de la tête chez cet agrion joli  grande mobilité de la tête chez cet agrion joli


     - un thorax  d'où partent trois paires de pattes et deux paires d'ailes.
      aile d'un leste aile d'un anisoptère: l'aeschne bleue mâle
      La forme de la bordure postérieure (arrière) du pronotum ainsi que la nervation des ailes permettent parfois la distinction des espèces.
                                                                                         On peut d'autre part remarquer la grande largeur des tibias chez les agrions à larges pattes mâles.
      tête et thorax chez un agrion jouvencelle                               tibias dilatés chez l'agrion à larges pattes mâle


     - un abdomen allongé composé de dix segments, avec des pièces copulatrices sous le deuxième segment abdominal du mâle et des organes
      reproducteurs au niveau de l'extrémité abdominale.
      tandem d'agrions orangés: détail de la prise de la femelle par le mâle appendices anaux des mâles (ici leste dryade) appendices anaux des mâles (ici aeschne bleue)
         Chez le mâle, on peut voir, au niveau du dernier segment abdominal, les appendices anaux qui forment une sorte de pince permettant de tenir la femelle
      lors de l'accouplement et lors de la ponte lorsque celle-ci a lieu en tandem. On distingue les appendices anaux supérieurs (en position dorsale) appelés
      cercoîdes et les appendices annaux inférieurs (en position ventrale) : deux cerques ou une lame supra-anale suivant l'espèce.

      extrémité abdominale des zygoptères extrémité abdominale avec ovipositeur chez l'aeschne mixte ponte chez l'aeschne mixte
          Chez la femelle, il n'existe pas d'appendices anneaux inférieurs. On trouve par contre sur la face ventrale un ovipositeur, qui permet d'insérer les oeufs
      dans les végétaux, ou une lame vulvaire (plus ou moins visible) chez les libellules n'utilisant pas cette méthode de ponte.
      extrémité abdominale avec grande lame vulvaire chez cordulégastre annelé extrémité abdominale avec grande lame vulvaire chez cordulégastre annelé extrémité abdominale avec lame vulvaire saillante chez le sympétrum noir femelle extrémité abdominale avec lame vulvaire non visible chez le sympétrum méridional femelle




Chez plusieurs espèces - quelques lestes, les orthétrum, les libellules déprimées et fauves- certaines parties du corps des mâles matures se couvrent d'une
pruinosité (poudre bleue) qui peut être parfois partiellement ôtée par contact lors de l'accouplement (photos de gauche) ou accidentellement (photo de droite).
pruinosité chez le leste fiancé mâle pruinosité partiellement ôtée chez une libellule fauve mâle pruinosité partiellement ôtée chez une libellule déprimée mâle


Il est par ailleurs probablement utile de souligner que  la coloration d'une libellule évolue fréquemment au cours du temps, et que, pour une même espèce, les
mâles et les femelles sont d'apparence souvent fort différente.
                                                                                                                                                                    Haut de page